temps éstimé pour lire ce billet: 146 secondes

Des équipes plus autonomes, c’est souhaitable, mais ce ne sont pas  des équipes indépendantes.

L’autonomie ce n’est pas l’indépendance

L’autonomie commence quand le chef cesse de  tout décider,

et l’indépendance c est quand le chef ne décide plus rien . Ce n’est pas le but.

Si ce n’est pas différencié, la confusion peut engendrer de l’anxiété dans la transition vers des équipes plus autonomes. et donc la freiner.

Illustration

Illustrons ça avec l’échelle du serious game delegation poker   :
– de 1 à 3, c’est encore le chef qui décide tout.
– l’équipe commence à décider à partir de 4 , c est l’autonomie.
– et à 7 le chef ne décide plus ,  et donc c’est l’indépendance.

cartes

1.Dire : vous prenez la décision en tant que manager et vous informez l’équipe de cette décision
2.Vendre : vous prenez la décision mais vous essayez de convaincre les personnes du bien fondé
3.Consulter : vous prenez la décision mais après avoir écouté et pesé les commentaires de l’équipe
4.S’entendre : vous prenez la décision avec l’équipe d’égal à égal
5.Conseiller : Vous tentez d’influencer la décision mais cette dernière est prise par l’équipe
6.Enquêter : Vous laissez l’équipe décider et ensuite vous vous renseignez sur la décision et leur motivation.
7.Déléguer
: aucune influence, vous laissez l’équipe s’en sortir toute seule

On pourrait considérer que 7 est l’autonomie ultime. C’est un leurre. forçons un peu le contraste 1 pour le voir:

Une organisation dont toutes les équipes seraient totalement indépendantes ne serait plus une organisation au sens  classique du terme. Plus personne ne se soucierai de contribuer . C’est le chaos. A quoi bon alors être ensemble ?

idem pour une équipe dont tous les membres seraient totalement indépendants.

ça n’aurait donc pas de sens.

Impact

Quand le chef décide tout, ça va empêcher  l’équipe de se développer en s’appropriant des décisions, et de développer les nouvelles compétences qui vont avec.
plus d’autonomie permet donc le développement des équipes en  responsabilités et en compétences.

Intelligence collective

Donc autonomiser est un acte d’intelligence de la part du chef.

ce qu’a priori tout chef pourrais  souhaiter, à lui et ses équipes :
– lui il travaille moins
– et son équipe est plus motivée, travaille plus, et mieux.

Et cela développe  les managés.
C’est donc un acte qui fait progresser  l’intelligence collective.

Plus

L’autonomie fait partie des trois composantes de la [non directivité], le Paradigme  qui permet les organisations libérees, innovantes et agiles.

 

 


  1. dans la réalité, le niveau de délégation varie avec les décisions, et ce n est pas si blanc ou noir. 
Tagged with →  
Share →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *