temps éstimé pour lire ce billet: 108 secondes

Si vous en avez ras-le-bol de ces grand-messes participatives ou tout le monde discute et personne ne produit rien,

Voici une recette infaillible pour démotiver toute tentative de management participatif à tout jamais:

Prenez quelqu’un qui a une bonne estime de soi, comme un expert par exemple, assez spécialisé. Prenez en plusieurs, de spécialités très différentes, et faites le participer à l’élaboration d’une décision dans ce groupes, sur un domaine qu’il ne connaît pas, avec des collègues inconnus et en employant des méthodes participatives qu’il n’a jamais pratiqué.

Pour être bien sûr, prenez une question qui ne saurait être tranchée de manière définitive et certaine, et avec un horizon de temps assez lointain. Incantez plusieurs fois le mot innovation, et mettez une exigence de résultat très forte, et des délais assez court. Soyez impitoyables sur la présentation, la forme et les détails des livrables.

Coté collaboration, Créez de grands groupes, pour rendre la parole difficile, et mettez-les dans des pièces impressionnantes, avec un zeste de nouvelle technologies plus ou moins fiables.

Si malgré ca, quelque chose émerge, faites revoir les copies par plusieurs comités de hiérarchiques, picorez quelques éléments seulement, changez les phrases pour qu’elle ne puisse pas être reconnues,et ne donnez pas de raison à vos sélections.

L’intérêt de cette approche est que non seulement cet exercice collectif va échouer, mais en plus chacun des expert va apprendre de son échec à fonctionner en collectif, baissera son estime de soi, et retournera de lui même chercher le confort du connu dans son silo, à faire ce qu’on lui dit, après avec vécu son incapacité à « diriger ».

Et aussi,pour renforcer sa sécurité, et confirmer ses choix, il parlera autour lui de la vanité de ses exercices « participatif », et deviendra ainsi un apôtre de son propre enfermement. Cela devrait conforter notre pouvoir à la tête des silos pour une génération au moins…

Le silo est mort, longue vie au silo…

Share →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *